Projet d’école

Ce projet concrétise la volonté de placer l’enfant au centre du système éducatif, en prenant compte de la diversité des situations dans lesquelles il évolue, de fixer les objectifs prioritaires quant à la construction de son identité.

Il s’instruit comme un  support dynamisant qui permet de fixer les objectifs de l’école André de Chénier, d’en élaborer son avenir au travers d’une stratégie à court, moyen et long terme.

Instrument de cohérence et de communication, il constitue un outil de pilotage et fixe la stratégie de mise en œuvre.

  • Quel est le Projet d’Etablissement ? :
  • Le secteur de l’éducation nationale a fait du projet d’établissement une approche managériale afin d’instaurer une nouvelle gouvernance éducative locale, une méthodologie contractuelle qui place l’élève au cœur du système.
  • Le projet d’établissement a été défini comme étant un cadre méthodologique orientant tous les efforts des acteurs éducatifs et les partenaires concernés, c’est aussi un mécanisme pratique d’opérationnalisation des différentes mesures administratives et pédagogiques visant à l’amélioration de la qualité de l’enseignement et des apprentissages, nous le verrons comme un processus participatif partagé.
  • Adopter la pédagogie de projet de l’établissement suppose une politique éducative, une approche pratique, un système organisé, des compétences, des stratégies d’enseignement, des actions réfléchies, des priorités à respecter, des résultats à atteindre et des méthodes pour y parvenir. Le projet d’établissement est un élément d’élucidation des pratiques pédagogiques, d’amélioration organisationnelle et d’optimisation des relations sociales et psychopédagogiques au sein de l’institution.

Le projet d’école permet de définir :

  • Les modalités particulières de mise en œuvre des objectifs et des programmes nationaux (cadre général, programmes)
  • Les voies et les moyens mis en œuvre pour assurer la réussite de tous les élèves (plan pour l’école, scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers)
  • Les modalités d’évaluation des résultats atteints (évaluation des résultats et du niveau des élèves)
  • La place des parents, membres de la communauté éducative

Etat des lieux :

                Trois grands axes structurent le projet d’établissement de l’école André de Chénier:la communication sous toutes ses formes et en particulier celle de l’ensemble des connaissances et compétences définies par la charte de l’éducation et le programme national marocain. Le deuxième axe est la mise en pratique de l’école numérique au Maroc et le troisième axe est la  réussite de tous, autant qu’il est possible.

                Premier Axe : la communication sous toutes ses formes et en particulier celle de l’ensemble des connaissances et compétences définies par la charte de l’éducation et le programme national marocain.

Les sept piliers du socle commun sont :

1 – la maîtrise de la langue Arabe,

 2 – la pratique d’une ou plusieurs langues vivantes étrangères en particulier le français et l’anglais dans notre établissement, nous espérons mettre en place l’amazigh d’ici deux ans.

 3 – les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique, (bilingue)

4 – la maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication, (trilingue)

5 – la culture humaniste, (histoire, géographie et art) en complément du programme National Marocain

6 – les compétences sociales et civiques,

7 – l’autonomie et l’initiative.

Chacun de ces piliers se décline en un ensemble de : connaissances capacités attitudes Plusieurs disciplines peuvent contribuer à la maîtrise d’une même compétence. Inversement, un domaine disciplinaire peut contribuer à la maîtrise de plusieurs compétences.

Transmettre la langue nationale est un objectif fondamental qui prévaut sur les langues étrangères. C’est la préoccupation principale de l’établissement. Le projet d’établissement prévoit d’y ajouter le français et l’anglais comme apprentissages nécessaires à l’ouverture sur le monde.

  • Au pré-scolaire : on donne la priorité à l’expression orale et on prépare l’accès à l’écrit.
  • Au primaire : La conquête de l’écriture graphique et des mathématiques est un long travail qui se complète par la structuration de la langue et de l’esprit scientifique comme systèmes : vocabulaire, syntaxe, orthographe, modes opératoires, calculs, espaces géométriques dont l’objectif est de produire et de créer au travers de son individualité, construire le sens des apprentissages comme projet individuel de l’enfant au service de la collectivité. L’utilisation de l’outil  numérique comme support de transfert de de partage de l’appropriation et de la maîtrise des connaissances vers l’autonomie.
  • La citoyenneté implique des connaissances simples et précises, elle passe par l’identité nationale et individuelle. Ces différentes connaissances se complètent par les valeurs humaines, la Paix, le respect et tolérance. A partir du respect de « soi » et des « autres » la découverte, les contraintes, l’apprentissage du « vivre ensemble » au cœur de l’instruction islamique. Une salle de recueillement est réservée à cet effet dans l’établissement. L’apprentissage de la communication réglée est un des instruments, la tenue de débats où chacun doit savoir réfréner sa parole , laisser la place à l’autre pour comprendre son point de vue même lorsqu’on ne le partage pas, prendre conscience des valeurs civique, du respect de son roi, responsabiliser par l’élection du responsable de classe, afin de prendre conscience de l’existence de valeurs civiques, humaines qui permettront de nourrir la réflexion et préparer à la vie d’adulte. Cette politique a pour but de construire l’identité de l’individu et son devenir dans la société de demain.
  • La maîtrise de la langue est inséparable de l’acquisition des multiples facettes culturelles : littéraires, géographiques, scientifiques, artistiques, corporelles et technologiques. Afin que tous aient une culture commune et se complète par l’apprentissage du sport de façon quotidienne.

Deuxième Axe : une action éducative innovante :

Créer et mettre en place l’école numérique en commençant par des ateliers de communication c’est-à-dire en valorisant la phase orale. (Avec le numérique, l’écriture va disparaitre peu à peu, d’autre part il faut apprendre à présenter son travail avec les outils numériques:

L’école numérique a déjà pris sa place depuis deux ans dans le programme des objectifs  Du projet d’établissement l’établissement sur deux axes.

  • Il fixe les apprentissages de l’informatique par paliers :
  • Débats sur la presse, la radio, la télévision, le web.
  • Mise en valeur et mise en danger par les technologies
  • Dispositif d’enseignement du numérique, de soutien et d’information, développement des ressources.
  • Utilisation et maîtrise de l’outil numérique
  • Photographie, films, Power point, projecteur, téléphone
  • Création d’une adresse mail pour les élèves
  • Présentation par logiciel power point
  • Création d’un journal numérique de l’école inclus dans un site
  • Mise en place du numérique dans l’administration et la gestion de l’établissement par l’introduction du logiciel Madariss.

Troisième Axe : La réussite pour  tous, autant que faire se peut et la participation des parents.

Le rôle et la place des parents à l’École sont reconnus et leurs droits sont garantis par des dispositions réglementaires énoncées dans le Charte de l’éducation et la loi numéro 6 sur les écoles privées.

Les droits des parents à l’information sont garantis. Le suivi de la scolarité par les parents implique que ceux-ci soient bien informés des résultats mais également du comportement scolaire de leurs enfants:

  • Des réunions chaque début d’année, pour les parents d’élèves nouvellement inscrits avec le directeur d’école et le chef d’établissement ;
  • Des rencontres parents-enseignants au moins deux fois par an ; dans les collèges et lycées, l’information sur l’orientation est organisée chaque année dans ce cadre ;
  • Une information régulière à destination des parents sur les résultats et le comportement scolaires de leurs enfants ;
  • L’obligation de répondre aux demandes d’information et d’entrevues présentées par les parents.
  • Un examen des conditions d’organisation du dialogue parents-école, notamment à l’occasion de la première réunion du conseil d’école et du conseil d’administration
  • L’élection des parents d’élèves représentant l’école et chaque classe.

« La réussite de votre enfant est la nôtre ! » dit la publicité de l’école André de Chénier, c’est l’engagement de l’établissement, de l’équipe éducative. Par un recensement systématique des compétences fourni par les évaluations en fin de chaque séquence ou lors de grands rendez-vous des examens semestriels nationaux qui rythment l’année scolaire, par le diagnostic, la valeur de progression atteinte et à atteindre, il est nécessaire de pratiquer à une démarche par paliers qui va aider l’élève à construire le sens de ses apprentissages. Pour cela il faut diagnostiquer, planifier, remédier, accompagner et soutenir les efforts. Chaque enfant est un cas particulier et relève d’une analyse, d’un traitement spécifique sur une longue durée dans le cadre d’un programme personnalisé. L’accompagnement des élèves fragilisés supporte le travail en réseau (études dirigées, projets artistiques, activités physiques projets artistiques et culturels, soutien…) tant il est vrai que le détour pédagogique peut être efficace qu’une multiplicité d’exercices pour reprendre confiance en lui-même.

Des liens régulièrement entretenus avec les parents et une collaboration étroite peuvent aider à résoudre bien des problèmes. C’est la raison pour laquelle le numérique prend toute sa place dans le suivi et l’accompagnement des élèves grâce à la messagerie, les parents sont informés en l’instant des problématiques auxquelles élèves et enseignants sont confrontés au quotidien.

La formation des enseignants instruite par la pédagogie « Savoir pour transmettre », prévoit la gestion de l’hétérogénéité d’une classe. On sait que par nature, la classe est hétérogène,  dans notre cas elle l’est encore plus, puisque nous avons accepté : des enfants malades avec un suivi médical ou psychomoteur, des enfants de milieux socio-culturels différents. Il nous faut impérativement différencier la pédagogie et l’adapter aux pathologies afin d’en  tirer le meilleur parti  par des possibilités de groupement et d’interaction entre les élèves en jonglant avec les contraintes. Différencier par les procédures, différencier par les ressources disponibles et les contraintes imposées par le programme, différencier par les rôles, différencier par les tâches.

Nous avons remarqué que le site Massar, ne prévoit pas dans le système de notation cette différenciation face aux problématiques soulignées par les élèves handicapés, ou avec un retard mental cependant les instructions sont claires, les enfants malades ou atteints d’un handicap doivent être intégrés dans le cursus scolaire normal. Par exemple, le temps supplémentaire donné à un élève qui ne peut pas fixer son attention plus de vingt minutes à qui nous accordons une reprise de l’évaluation ou un temps spécial d’exécution devrait pouvoir être signalé. La différence du support parfois utilisé, les résultats oraux valorisés aux résultats écrits, car il s’agit bien de la valeur de progression dans une compétence que l’élève doit savoir faire alors qu’il n’est pas en compétence de le faire devraient être cités. Il faudrait que le site Massar prenne en compte la différenciation des procédures, la différenciation des ressources disponibles, la différenciation des rôles (lorsque l’enseignant sert de secrétaire à l’élève), ou la différenciation par la tâche et qu’il soit adaptable comme le sont les évaluations prévues pour ce type d’élèves.

Nous avons constaté aussi que beaucoup de parents se désintéressent des devoirs des élèves  et que beaucoup se soulagent dans un établissement privé que l’on paye. Il nous faut régulièrement responsabiliser les parents qui parfois sont dépassés.  Il faut conscientiser les parents à apporter du soutien à leurs enfants, surveillance aux devoirs, réponses aux convocations de l’équipe éducative, du psychomotricien…